soncial_network_facebooksoncial_network_youtube banner_1banner_2
CogiTraining logo

WE SEE WITH OUR BRAIN, NOT WITH OUR EYES

SenseBall logo

About us

News > La philosophie CogiTraining

This news was published on 25.03.2016

La philosophie CogiTraining

Le FC Metz a adopté depuis plus d’un an et demi une nouvelle méthode d’entraînement au sein de ses équipes jeunes: le CogiTraining. Une méthode qui fait la part belle aux aspects mentaux du jeu à savoir la concentration ou encore la prise d’informations.

L’après-midi est pluvieuse en ce vendredi de début mars. Les jeunes joueurs U15 du FC Metz se préparent sur le terrain synthétique de l’Arsenal pour la rencontre du lendemain. «C’est la veille d’un match et je n’ai malheureusement pas ramené de Senseball» déclare Bertrand Antoine, le responsable de la préformation du club, entraîneur des U15 et référent CogiTraining au FC Metz depuis cette saison. Le Senseball, c’est ce ballon attaché à un bout de ficelle qui offre aux jeunes footballeurs la possibilité de s’améliorer et de progresser. Grâce à lui, un joueur peut développer plusieurs facettes. «Il est utile pour la synchronisation et la prise d’information. Il améliore la coordination entre le haut et le bas du corps ou encore de mieux maîtriser ses appuis et progresser des deux pieds. Pour les jeunes joueurs c’est un outil idéal pour progresser. Il l’est aussi pour les professionnels, on peut également l’employer dans le cadre d’un décrassage par exemple».

Un joueur comme Gaëtan Bussmann, l’ancien latéral gauche de Metz - aujourd’hui à Mayence - l’utilise encore. Le fait de répéter les gestes plusieurs fois favorise la concentration et le footballeur touche beaucoup plus de fois le ballon que lors d’un entraînement plus classique. Pourtant, certains restent sceptiques quant à l’utilisation du Senseball. «On accepte la critique, mais de manière positive. On essaye d’aller encore plus loin. Mais ceux qui n’ont jamais essayé le Senseball ne peuvent pas connaître son fonctionnement et ses apports, on peut faire une multitude de mouvements avec. Ce ballon spécial est un outil de la méthode CogiTraining que l’on applique depuis un an et demi désormais» explique Bertrand Antoine.

Cette méthode arrive tout droit de Belgique et des clubs comme Anderlecht ou l’AC Milan l’ont déjà adopté. A l’origine de cette révolution, on trouve deux belges: Michel Bruyninckx, le concepteur, ancien directeur de l’académie du Standard de Liège qui a également travaillé sur la neurologie à l’Université de Louvain et Dirk Gyselinckx. Le FC Metz reste pour l’instant le seul club en France qui a intégré cette méthode. «Le but du CogiTraining est très simple. Il s’agit, entre autres, d’augmenter la vision de jeu, la vitesse dans la prise de décision et la rapidité d’exécution» indique Bertrand Antoine. Tout cela passe par un haut niveau de concentration, un aspect indispensable qui se trouve au cœur de la méthode CogiTraining. «Ces domaines de jeux sont importants dans le football moderne. Tout est une question de déplacements, de synchronisation, de prise de décision et de concentration» étaye le responsable de préformation du FC Metz. Un exemple concret: l’exercice de la croix. Sur une partie de terrain, quatre plots sont disposés de manière à former une croix. L’ensemble des joueurs se déplacent en fonction des courses de l’autre, tout en synchronisation, avec ou sans ballon. L’exercice paraît assez compliqué et il faut des heures d’entraînements ainsi qu’une concentration maximale pour parvenir à ce haut niveau de coordination.

Associer les méthodes d’entraînements «En plus, la méthode CogiTraining n’a pas de ligne de conduite stricte à appliquer et à suivre bêtement. Elle est modulable en fonction des éducateurs et des formateurs. Le CogiTraining est une vraie philosophie» indique l’entraîneur des U15. Pas question pour autant d’abandonner et de laisser de côté les entraînements classiques. «On associe les deux styles» explique-t-il.

Pour l’instant, la méthode CogiTraining semble porter ses fruits au sein des équipes jeunes du FC Metz. «Nous sommes toujours bien classés dans les compétitions. La génération 2000 a par exemple gagné le championnat de France UNSS ou encore la Coupe de Lorraine» conclut Bertrand Antoine.

Source: L’Ami Sports